livre

Avis sur les meilleurs livres pour apprendre l’anglais et comparatif des produits de loisirs

Des livres pour apprendre l’anglais

Connaître la langue anglaise est devenu un must : de nombreuses commandes informatiques, par exemple, sont exprimées dans cette langue et nous savons à quel point les systèmes de communication virtuels affectent notre vie.

Mais ce n’est pas tout : ceux qui partent à l’étranger, quelles que soient les raisons pour lesquelles ils décident de quitter leur pays d’origine et le pays qu’ils ont choisi, communiquent souvent en anglais et parlent bien cette langue peut dans de nombreux cas faire la différence entre passer paisiblement des jours loin de chez soi ou vivre dans des troubles constants ou encore éprouver un malaise constant.

Que faire si vous n’avez jamais pu l’apprendre ? Comment compenser votre ignorance sur le sujet ? C’est simple, tout d’abord en vous procurant l’un des meilleurs livres pour apprendre l’anglais actuellement disponibles sur le marché, puis en travaillant dur pour atteindre vos objectifs…

Les meilleurs Livres pour apprendre l’anglais

Écoles et académies : que faut-il savoir ?

Beaucoup de gens, plutôt que de s’armer de bonne volonté et d’étudier attentivement les textes pour apprendre l’anglais que l’on trouve si facilement dans n’importe quelle librairie ou sur Internet, préfèrent s’inscrire dans des écoles spécifiques ou même des académies spécialisées dans l’enseignement d’une langue étrangère. Sont-ils bons pour cela ? C’est ainsi.

En fait, il faut considérer qu’en moyenne, le type d’approche didactique poursuivi ici implique l’explication d’une certaine leçon concernant certaines règles grammaticales et l’application pratique de ce qui a été appris par l’utilisation d’exercices spéciaux. En bref : ni plus ni moins que ce que ferait n’importe qui une fois qu’il aurait obtenu de son plein gré l’un des nombreux livres pour étudier l’anglais par lui-même aujourd’hui. Visitez notre site pour voir d’autres produits comme la lampe de poche.

Cependant, il y a évidemment une petite différence à prendre en compte : assister à des cours signifie également dépenser beaucoup plus d’argent que nécessaire pour effectuer l’achat mentionné ci-dessus. Quelqu’un pourrait cependant objecter que les exercices effectués à la maison, au cas où vous décideriez de vous inscrire dans une académie ou une école spécialisée, sont ensuite corrigés en classe, ce qui n’arrive évidemment pas lorsque vous étudiez de manière indépendante. C’est très vrai, mais il faut aussi considérer que les textes modernes disponibles sur le marché offrent désormais aussi des solutions de quiz et des explications sur les erreurs les plus courantes.

Il est clair que cela ne veut en aucun cas priver les institutions en question de valeur ou de dignité : il s’agit simplement de faire croire à ceux qui, découragés peut-être par le coût particulièrement élevé des cours, le manque de temps et tout le reste, ont toujours renoncé à apprendre l’anglais que l’achat de livres pour apprendre la langue en toute autonomie (et ensuite étudier à leur propre rythme et, surtout, trouver la méthode d’apprentissage qui lui convient le mieux) était pratiquement inutile.

Le meilleur livre pour apprendre l’anglais : où l’acheter ?

La réponse la plus évidente serait la librairie. En fait, il n’est pas rare de trouver, un peu “dans toutes les villes italiennes, des magasins en ce sens bien approvisionnés ou encore en mesure d’aller chercher directement en Angleterre des textes spécifiques particulièrement adaptés à l’étude de l’anglais et conçus précisément pour initier les étrangers à la connaissance correcte de la langue.

Mais ne sous-estimez jamais Internet et ses sites de commerce électronique les plus célèbres, actifs sous toutes les latitudes du globe et désormais capables de livrer directement à votre domicile ou à votre bureau tout ce que vous voulez acheter.

Comment utiliser les livres ?

Bien sûr, il faut d’abord les lire et réfléchir un peu aux exemples proposés. Une fois que vous aurez appris la leçon couverte dans le chapitre, vous poursuivrez ensuite l’étude entreprise en effectuant les exercices liés aux règles que vous venez d’apprendre. Cependant, tout cela n’a pas beaucoup de sens si vous ne trouvez pas une méthode adaptée à vos propres rythmes d’apprentissage, pour combler les lacunes laissées à l’individu par une approche scolaire de la langue souvent peu détaillée, ou si vous n’êtes pas en mesure de développer un processus d’enseignement conçu pour ne pas trop vous fatiguer l’esprit.

Un bon compromis entre tous ces cas serait de ne consacrer que quelques heures par jour à l’étude et de profiter des temps d’arrêt, par exemple lorsque vous faites la queue chez le médecin ou que vous vous déplacez en bus, en lisant quelques livres écrits en anglais (évidemment adaptés à votre niveau de connaissance) ou même en discutant avec des étrangers dans des salles spéciales créées sur whataspp et autres afin d’apprendre de nouvelles langues.

Quelqu’un peut alors trouver utile de préparer des résumés colorés sur une unité d’apprentissage particulière. D’autres, en revanche, peuvent souhaiter effectuer des tests ou des exercices en continu en supprimant ou en copiant ceux déjà présents sur le cahier d’exercices ou en en recherchant de nouveaux (avec une solution jointe), également en ligne.

En bref : il est clair que chacun apprend à sa manière, l’important est de comprendre quelle est la méthode la plus appropriée pour atteindre ses objectifs. Il est évident que les progrès de chacun doivent toujours être vérifiés et que l’étude, ainsi que l’utilisation de l’idiome appris, doivent en tout cas participer activement à la journée de l’étudiant. En outre, il est toujours nécessaire de mettre son engagement en adéquation avec les objectifs que l’on s’est fixés.

C’est précisément l’objectif à atteindre. Il faut toujours quelque chose qui motive l’étudiant à ne pas abandonner ses bonnes intentions : l’apprentissage des langues peut donc être la condition grâce à laquelle vous pourrez un jour obtenir un bon emploi ou progresser dans votre carrière, l’expédient qui permettra à l’étudiant de communiquer avec de nouveaux amis ou de lire des livres et des bandes dessinées directement dans la langue d’origine, ou encore un engagement visant peut-être un long séjour à l’étranger en quête de chance, de plaisir et de tout autre chose.

Une autre variable qui devrait toujours être prise en considération est l’éventuelle intention d’étudier afin d’obtenir un certificat attestant la maîtrise de la langue anglaise.
Dans tous les cas, avant de se lancer dans cette aventure, l’idéal sera toujours de sonder le terrain et de vérifier votre niveau de départ, puis de chercher du matériel pédagogique adapté, de concevoir un plan d’étude efficace et enfin d’analyser vos progrès (l’étape suivante, mais seulement pour certains, sera alors de passer un examen externe pour la certification de l’anglais).

Evaluez votre niveau d’anglais

Comment évaluer votre préparation sans le soutien d’un enseignant ? Comment pouvez-vous estimer vous-même votre niveau de connaissance de la langue anglaise ? Cette étape est vraiment très importante pour permettre à l’utilisateur d’étudier correctement le nouvel idiome et doit donc être effectuée avec un certain soin.

Il existe de nombreux tests spéciaux qui sont dispersés sur des livres en format papier et plus généralement pour le web. Il est clair que l’idéal est de toujours s’appuyer sur des manuscrits ou des portails certifiés et bien structurés, peut-être suggérés par des personnes plus expérimentées. Il n’y a pas de mal à faire plus d’un quiz préliminaire pour avoir des opinions différentes à comparer afin de déterminer plus précisément votre niveau de préparation.

En général, gardez cela à l’esprit, les meilleurs tests d’auto-évaluation ont été préparés à partir de questions réellement posées à certains étudiants qui cherchent à passer l’examen de certification de Cambridge et qui sont très bien adaptés pour réaliser réellement leur propre contexte culturel.

Il suffira de trente minutes au maximum pour passer les différents tests en toute tranquillité (pas de téléphone portable, pas de musique ou de télévision, encore mieux si personne ne peut vous interrompre). En fonction de la réponse, ou des réponses, bien sûr, vous choisirez alors un matériel pédagogique qui ne soit pas trop compliqué (et frustrant) à utiliser et même pas trop abordable (et donc pratiquement inutile).

Certifications disponibles

Plusieurs certifications de langue anglaise sont actuellement disponibles (et éventuellement exigées par les employeurs pour l’exécution de certaines tâches ou professions). Chacun d’entre eux a une valeur ou une fonction légèrement différente des autres et vous pouvez donc choisir d’étudier pour passer un examen spécifique en fonction de vos besoins (cela signifie se préparer sur certains sujets, apprendre un anglais plus ou moins technique, une expression idiomatique proche de la langue parlée en Angleterre ou aux États-Unis, etc.)

La certification Cambridge : elle comprend en fait plusieurs niveaux. La première étape est celle universellement rebaptisée A1, un titre généralement attribué aux débutants qui ont appris le minimum syndical pour survivre quelques jours dans un pays étranger. Au sommet de la pyramide se trouve au contraire le niveau C2 qui correspond pratiquement à un degré de compétence linguistique à tous égards égal à celui d’un locuteur natif de bonne culture. Chaque étape est obtenue en répondant exactement à au moins 60 % des questions posées lors de l’examen.
Certifications générales : si vous décidez de passer ce type d’examen, vous n’obtenez ni une promotion ni un échec, mais seulement une certification qui change en fonction d’une évaluation générique de vos compétences. Parmi ces types de diplômes, on mentionne généralement le TOEFL et l’IELTS, le premier effectué strictement sur PC et l’autre à l’ancienne …
Attention toutefois : certaines certifications, une fois obtenues, restent valables pour toujours, tandis que d’autres doivent être renouvelées périodiquement : il est toujours préférable de demander des informations afin d’éviter des malentendus désagréables.